Nani d'Etsaut - Photo Philippe Rocher

Le Parc Aux Anes
Pierre-Yves POSE

Elevage d'ânes des Pyrénées
Randonnées Pédestres avec portage des bagages
Gîtes de séjours et d'étapes

64490 ETSAUT - 05 59 34 88 98

 

 

boutique

nous contacter

tarifs gîtes

accès

webcam

météo

à la une

 

Acheter un âne

 

Choisir un éleveur-naisseur

ânon gourmand choisie ses herbes dans les estives

Un âne vit jusqu'à 35 ans en moyenne, cela n'est pas un achat à considérer à la légère, et le problème du prix est finalement secondaire par rapport aux tracas que peuvent occasionner un animal acheté en quelques minutes sur un marché, sans papiers ni garanties et qui, finalement ne correspond pas à ce que recherche l'acheteur. En choisissant un éleveur-naisseur :

  • vous avez la garantie d'avoir acheté à un vendeur que vous pourrez retrouver ensuite en cas de besoin
  • nous pouvons vous garantir le comportement de tous nos animaux, vous expliquer leurs réactions ; nous pouvons même vous proposer des séjours de prise en main au moment de l'achat, ou même un peu plus tard, si vous décider de faire randonner une ânesse qui au départ n'avait été achetée à 6 mois, que pour être un âne de maison, par exemple.
  • vous pouvez voir les parents, les frères les soeurs de votre âne ; vous connaissez son histoire et il n'a pas traversé l'europe de camion en camion avant de vous être proposé.
  • vous achetez un âne en parfait état sanitaire et en règle avec la législation européenne et française : identifié, muni d'un transponteur et de papiers d'identité, à jour de ses vaccinations, régulièrement vermifugé.
  • le niveau d'éducation de votre âne vous est parfaitement expliqué et garanti. Si vous n'êtes pas satisfait, l'âne vous sera échangé sans soucis.

A contrario, nous vous déconseillons vivement de vous laisser émouvoir par l'argument choc de tous les bandits qui sévissent sur le marché de la vente d'animaux "cet âne part à l'abattoir demain si je ne le vend pas aujourd'hui...". En ayant le sentiment de faire une bonne action, vous faites une bien mauvaise affaire car l'animal ainsi acheté n'offre aucune garantie sanitaire, légale ou de niveau d'éducation et de sociabilisation. Par contre, avec votre achat, vous entretenez un marché nauséabond et il est fort à parier que dès le lendemain, votre vendeur aura réceptionné un nouvel arrivage d'animaux à "sauver". Un véritable éleveur n'a pas besoin de se type d'arguments pour vendre sa production...

 

Il n'y a pas de mauvais ânes, mais les différents individus ne sont pas tous égaux, ni destinés aux mêmes usages. Il faut acheter un animal conforme à son programme pour ne pas être déçu. Voici une présentation des différents types d'animaux proposés et des différentes utilisations possibles.

 

Les mâles castrés : champions de l'utilisation

Castrés précocement, les mâles présentent une morphologie intermédiaire entre les deux sexes.

Leur tempérament est le plus régulier qui soit : ils n'ont ni la fougue des entiers ni les cycles des femelles. Ils vivent en harmonie avec leurs congénères sans poser de problème particulier.

Cet heureux caractère fait d'eux les animaux préférés des utilisateurs, que ce soit pour le bât, l'attelage, ou tout simplement pour entretenir un pré. Ce n'est pas par hasard s'ils sont si nombreux chez les loueurs d'ânes de randonnée. Ce sont les animaux à conseiller aux éleveurs débutants qui apprendront facilement à mener un animal déjà éduqué.

Ils sont peut-être écartés des concours d'élevage mais peuvent briller lors des concours d'utilisation : labellisation loisirs, labellisation randonnée, concours d'utilisation, épreuves de Marathon....

L'ânesse : des qualités maternelles dignes de l'avenir de la race

Le tempérament de l'ânesse est généralement plus doux que celui du mâle envers ses congénères et envers l'homme : elle est d'une utilisation facile sauf peut-être en période de chaleurs pour certaines. Elle adopte facilement ses produits, voire ceux d'autres ânesses du même groupe.

L'ânesse est plus silencieuse que le mâle, sauf au moment des chaleurs qui reviennent tous les 20 jours en moyenne.

La reproduction est une des grandes joies de l'éleveur : une naissance est toujours attendue fébrilement, c'est une intense émotion. Cependant, des problèmes de mise-bas peuvent survenir. Il faut aussi prévoir le devenir du produit sinon la surpopulation menace.

Les femelles peuvent participer aux concours d'élevage, à condition d'être suitées de leur petit de l'année. Cependant, s'il est agréable de décrocher une première place, il ne faut guère se faire d'illusions :  les champions sont souvent jalousement conservés par les éleveurs expérimentés qui sélectionnent, génération après génération, les meilleurs produits, et qui par des soins attentifs savent développer au mieux les qualités de leurs animaux. Un débutant doit donc être patient et persévérer pour réussir en concours modèle et allure.

Etant donné le faible effectif des APY, il vaut mieux réserver les femelles aux éleveurs désireux de pratiquer la reproduction, avec des mâles sélectionnés, pour accroître la qualité de l'élevage et assurer un avenir radieux à notre race. Il est dommage de constater que de nombreuses ânesses ne sont pas mises à la reproduction, alors qu'elles ont toutes les qualités requises.

 

au bord du lac d'Ansabère

le groupe des ânesse change de prés

Le baudet : un reproducteur d'une exceptionnelle vigueur.

Les baudets sont les mâles reproducteurs (les entiers ). Ce sont des améliorateurs qui présentent les meilleures caractéristiques de la race.

Sous l'effet de la testostérone, hormone mâle, leur développement musculaire est important, leur avant main est plus forte. Leur tempérament est plus affirmé : ils cherchent à dominer.

Le baudet a souvent tendance à mordre. Il est généralement d'un maniement assez délicat et peut-être difficile à contrôler en présence d'autres animaux. Il est souvent nécessaire de l'isoler pour qu'il ne blesse pas ses copains de pré.

Le baudet adulte saillit une ânesse en chaleurs à peu près une fois par demi heure et annonce sa joie par de sonores braiments qui peuvent gêner le voisinage. A ce rythme, les femelles sont vite lassées ; mais, si elles résistent, le mâle peut les mordre et infliger de sérieuses blessures. La saillie en liberté est donc possible avec précautions : vaste enclos sans danger, femelles nombreuses, mâle exceptionnellement doux . Pitié pour les ânesses, vous pouvez donc imaginer ce qui arrive chez les propriétaires qui pensent avoir fait le bon choix en achetant un "couple d'ânes"... Assaillie par l'étalon, l'ânesse arrive bon an mal an, entre de multiples avortements, (le plus souvent non détectés par le propriétaire) à donner quelques fois naissance à un anon...

D'une façon générale, la saillie en main est préférable, même si elle exige plus de travail.

Les baudets, pour reproduire hors de l'exploitation, doivent être agréés par la commission des haras lors de la séance annuelle, à l'issue de la finale.

Ils peuvent participer aux concours d'élevage qui se tient une fois par an et défier en modèles et allure les meilleurs animaux. Un test de maniabilité est prévu avant l'agrément.

Ils ont d'autant plus de valeur qu'ils sont bien classés en concours et que leur production est belle.  Leur prix peut ainsi être assez élevé.

Le baudet est donc un animal destiné presque uniquement à la reproduction. Il est à réserver au propriétaire expérimenté qui, possédant plusieurs ânesses, économisera des frais de transport, de saillie et de pension et assumera la charge que représente un baudet. Cet éleveur saura en outre mener cet animal. Il évitera aussi la consanguinité en interdisant à son baudet la saillie de ses filles : il vaut mieux changer de mâle tous les trois ans.

 

Les ânons mâles de six mois

La réputation des ânes est souvent ternie par des familles qui achètent un ânon mâle de six mois, véritable peluche absolument craquante, et qui se retrouvent déçus et dominés deux ans plus tard par un baudet en pleine adolescence dont ils ne peuvent rien obtenir à part des coups de dents et de pieds !

Certes il est difficile de résister : un ânon est si doux qu'il suscite les caresses ; il est si petit qu'on le mène facilement ; et s'il n'a pas demandé beaucoup de soins, il est vendu à un prix attractif.

Cependant, on ne s'improvise pas éleveur d'âne ! Une éducation est indispensable pour obtenir un animal au caractère équilibré, confiant en l'homme, sociable avec les autres.

Il faut une main ferme dans un gant de velours, il faut être doux mais déterminé, franchir les étapes de l'éducation progressivement, sans exiger l'impossible.

Ce doigté s'acquiert progressivement, au contact des animaux. Un néophyte risque fort de commettre des erreurs qu'un jeune animal ne comprendrait pas et qui risquent de ruiner son avenir.

De plus, un ânon n'est pas assez développé pour que l'on puisse juger valablement de ses qualités : on ne peut savoir ce qu'il donnera adulte. Cet achat est donc risqué pour un débutant ou pour un éleveur inexpérimenté.

L'achat d'âne est une décision importante qui vous engage pour plusieurs années, voire pour plusieurs décennies. Il faut donc mûrir lentement cette décision, bien définir ses objectifs avant de s'orienter vers un animal déterminé pour en obtenir un maximum de satisfactions pour un minimum d'inconvénients.

 

Nani d'Etsaut à l'attelage

pour en savoir plus

 

revenir à la page d'accueil du site ou aux rubriques :

 

Habilitation tourisme délivrée par la préfecture des Pyrénées Atlantiques sous le numéro HA 064-01-0002 - Garantie financière par le Crédit Coopératif de PAU - Assurance responsabilité organisateur par Groupama.